La communauté SLA célèbre le 75e anniversaire du discours de Lou Gehrig

 

Il y a 75 ans, le célèbre joueur étoile des New York Yankees, Lou Gehrig, s’est adressé à une foule de près de 62 000 partisans et a prononcé l’un des discours les plus célèbres du monde du sport.

« Au cours des deux dernières semaines, vous avez appris la mauvaise nouvelle que j’ai reçue. Pourtant, aujourd’hui, je me considère l’homme le plus chanceux de la Terre. »

C’est avec la gorge nouée que le Cheval de fer (de son surnom Iron Horse) a annoncé le diagnostic fatal de la sclérose latérale amyotrophique, maintenant connue sous le nom de la Maladie de Lou Gehrig. Il est décédé deux ans plus tard, à quelques jours de son 38e anniversaire.

Aujourd’hui, Gehrig demeure une source d’inspiration et représente la force, l’humilité et le courage des milliers de Canadiens aux prises avec la SLA.

Discours d’adieu

Le diagnostic de Lou Gehrig a été rendu public le 19 juin 1939, deux jours avant l’annonce de sa retraite. Personne n’est resté indifférent à cette nouvelle.

 

Le 4 juillet 1939, devant 61 808 personnes, dont plusieurs dignitaires et célébrités sportives, c’est avec la gorge nouée d’émotions que Gehrig prononce le discours suivant :

« Partisans, au cours des deux dernières semaines, vous avez eu connaissance de la mauvaise nouvelle que j’ai eue. Pourtant aujourd’hui, je me considère l’homme le plus chanceux de la terre. J’ai passé les dix-sept dernières années dans des stades de baseball, et je n’ai reçu que de la gentillesse et des encouragements de votre part.

Portez en regard vers ces grands hommes. Lequel ne considérerait pas le simple fait d’être associé à eux, ne serait-ce qu’une seule journée, comme le fait saillant de sa carrière? Bien sûr, je suis chanceux. Qui ne serait pas honoré d’avoir connu Jacob Ruppert? Et le bâtisseur du plus grand empire du baseball, Ed Barrow? D’avoir passé six ans avec ce merveilleux petit bonhomme, Miller Huggins? Et d’avoir vécu les neuf saisons suivantes en compagnie de ce leader exceptionnel, ce brillant étudiant de psychologie, le meilleur gérant du baseball aujourd’hui, Joe McCarthy. Bien sûr, je suis chanceux.

Lorsque les Giants de New York, une équipe contre laquelle vous donneriez votre bras droit afin de la vaincre et vice-versa, vous offrent un cadeau, c’est spécial. Lorsque tous – jusqu’aux préposés au terrain – se souviennent de vous, c’est spécial. Lorsque vous avez une merveilleuse belle-mère qui prend partie avec vous lors de vos querelles avec sa propre fille, c’est spécial. Lorsque vous avez un père et une mère qui ont travaillé toute leur vie afin que vous puissiez recevoir une éducation et une bonne santé, c’est une bénédiction. Lorsque vous avez une femme qui a été une force de la nature et qui a démontré plus de courage que ce dont vous aviez imaginé, c’est le summum de ce que je connais.

J’ai peut-être eu une grande malchance, mais j’ai un nombre incroyable de raisons d’apprécier la vie. »

Qui était Lou Gehrig?

Lou Gehrig est né le 19 juin 1903 d’une famille modeste. Sa mère était femme de ménage et son père travaillait dans l’industrie du métal. Il fait une entrée remarquée dans le monde du baseball à l’âge de 17 ans avant d’être accepté à Colombia avec une place dans l’équipe de football universitaire. Il est néanmoins banni de l’équipe pour un an après avoir joué au baseball professionnel pendant l’été sous un pseudonyme. En 1923, il rejoint l’équipe de baseball de son université avant d’être recruté par les Yankees la même année comme frappeur substitut. Il rejoint officiellement les rangs des Yankees en 1925 pour quitter en 1939.

La persévérance et la résilience de Gehrig lui ont justifié le surnom de Cheval de fer (« Iron Horse »). Il a en effet établi un record pour le plus de parties consécutives (2 130), et ce, malgré plusieurs blessures et fractures. Il a maintenu pendant 12 ans des statistiques largement au-dessus de la moyenne, supérieures à .300. En 1932, il devient le premier joueur de baseball du XXe siècle à frapper quatre coups de circuit en une partie. Pour en savoir plus sur ses accomplissements, visitez son site web en cliquant ici.

Ses performances commencent à faiblir en 1938. Lou Gehrig avoue se sentir plus fatigué, et ses statistiques sont visiblement plus basses que la saison précédentes, quoique toujours au-dessus de la moyenne. De plus en plus, Gehrig éprouve des difficultés à lever le bâton. Le 2 mai 1939 marque la fin de ses parties consécutives. Il venait de recevoir son diagnostic de sclérose latérale amyotrophique et ne jouera plus jamais au baseball.

Les Yankees de New York annoncent la retraite de Gehrig le 21 juin 1939, deux semaines avant la « Journée d’appréciation de Lou Gehrig », tenue le 4 juillet où il prononça son discours d’adieu.

Lou Gehrig est mort le 2 juin 1941 en laissant derrière lui sa femme Eleanor, qui a voué le reste de sa vie au soutien de la recherche sur la SLA.

Pour plus d’information sur Lou Gehrig, consultez le site web lui étant voué : http://www.lougehrig.com/

Comment vous pouvez aider

Il y a 75 ans, Lou Gehrig a lancé la première campagne de sensibilisation à la SLA. La sensibilisation est une étape primordiale pour soutenir nos efforts à la recherche et auprès des familles. S’il vous plaît, aidez-nous à faire connaître la SLA durant le mois de sensibilisation, mais aussi le 4 juillet. Partagez votre histoire avec vos médias locaux, créez votre événement ou joignez-vous à nos marches. Ensemble, nous ferons connaître la SLA!

 

75 ans plus tard, il n’existe toujours aucune cure ou aucun traitement. Joignez-vous à nous en faisant du bénévolat, en participant à nos événements, ou en faisant un donEnsemble, nous vaincrons la SLA!

 

admin