Chronique de Chantal Lanthier

Êtes-vous plus du type plage ou randonnée en forêt ? Quand vous pensez relaxation, quelle image vous vient en tête ? Je suis certaine que peu importe l’idée que vous avez eue, elle inclut un élément de la nature. Moi, ce sont les balades en forêt qui me font triper. Ces instants magiques où, entourée par les arbres, j’écoute le vent qui déplace les feuilles. J’aime me laisser bercer par le chant des oiseaux. Je me laisse éblouir par toutes ces couleurs verdoyantes. Et que dire des odeurs ? Je ferme les yeux et me laisse imprégner de la paix qui habite les lieux. Je me mets en mode « veille », comme l’écran de mon ordinateur. Je ne fais rien. Je contemple la vie. Je laisse la nature et son harmonie s’infiltrer en moi et je fais le plein de lumière. Je me concentre sur mes sensations. Je prends contact avec l’énergie qui circule autour de moi.

Être au crépuscule de sa vie offre une vision bien différente des choses. La beauté de la nature m’interpelle davantage. J’ai la conviction d’en faire partie intégrante. « Regardez bien la nature et vous comprendrez tout », disait Albert Einstein.

J’adhère au principe d’une nouvelle maxime : « Ne pas déranger, s’il vous plaît, je suis occupée à prendre mon temps. » Cela peut sembler paradoxal, mais moins j’ai de temps devant moi, plus j’ai envie de ralentir.

Ai-je besoin de vous rappeler les bienfaits de se retrouver en nature ? Prévenir la déprime, augmentation de la productivité, baisse des troubles respiratoires bien sûr, mais aussi de la pression artérielle et du cortisol (hormone du stress) ou encore amélioration de l’immunité. Il semblerait qu’après deux journées de promenade en forêt, les effets seraient visibles durant un mois. De quoi donner la piqûre d’aller jouer dehors !

Le psychologue cognitif David Strayer avance l’hypothèse que « le fait d’être dans la nature permet à notre cortex préfrontal, le centre de contrôle de notre cerveau, de ralentir et de se reposer, à la manière d’un muscle surmené ».

Au Japon, des chercheurs ont découvert que les gens qui s’adonnent au shinrin-yoku, ou « bain de forêt », inhalent des « bactéries bénéfiques, des huiles essentielles issues des plantes et des ions chargés négativement », qui interagissent avec les bactéries intestinales pour renforcer le système immunitaire du corps et améliorer la santé mentale et physique.

Chaque fois que je reviens de mes ballades en forêt je me sens énergisée et stimulée. Faire le plein de vitamines V (Vert) est vraiment un essentiel pour m’aider à maintenir une bonne santé mentale. Et vous ?

Comme Chantal, faites vous aussi le plein de vitamines V tout en contribuant
à soutenir les familles touchées par la SLA et la recherche. 

Rassemblez famille et amis et joignez-vous à une Marche pour la SLA dans votre région en l’honneur ou en la mémoire d’un proche.
Du 24 au 26 août, participez à l’événement cycliste Roulez pour Vaincre la SLA dans les Cantons-de-l’Est le temps d’une journée. L’option 1 jour est offerte les 25 et 26 août. Des options 2 et 3 jours sont également disponibles.
Le samedi 25 août, parcourez les sentiers du Parc national du Mont Orford en soutien à notre mission dans le cadre de la Randonnée pour Vaincre la SLA.
Le samedi 25 août, au coût de 75$, profitez d’un BBQ bénéfice festif au pied des pentes de la Station de ski Mont Orford en soutien à la Société.
Contactez-nous au [email protected] pour en savoir plus.

Roxanne Goulet