« La pandémie est dérangeante pour les aidants » – Jocelyn Théorêt

« La pandémie est dérangeante pour les aidants » – Jocelyn Théorêt

« Plusieurs personnes m’ont demandé, depuis le début de la pandémie, comment je vivais le confinement. Mon premier réflexe est toujours de dire que cela ne change pas grand chose car je suis constamment à la maison pour seconder Chantal. Je m’absente seulement pour de courtes périodes pour aller faire les achats urgents qui ne peuvent être effectués durant mes journées de répit. Mais j’y pense! Journée de répit ?

Mais où sont passées mes vraies journées de répit ?

Vous savez ces journées où l’on peut réellement mettre de côté notre rôle d’aidant; ces journées où l’on tente d’oublier notre quotidien pour ne penser qu’à soi et tenter de faire le vide?  Ces journées d’évasion où j’enfourche ma moto et pars à l’aventure pour visiter des amis et cousins qui vivent à la campagne. Ces journées où je vais me faire servir un bon petit déjeuner au resto en lisant mon journal et ce sans risquer d’être dérangé par une demande de mon amour. Ces journées pluvieuses où je flâne dans les commerces en faisant les courses de la semaine et où je termine au cinéma. Ces journées pendant lesquelles j’arrête dans un bon resto à déguster un souper avant mon retour à la maison pour reprendre mon rôle d’aidant. Car oui, le rôle imposé par la maladie (SLA), celui qui monopolise nos journées vingt-quatre heures sur vingt-quatre pour prendre soin de l’être cher à notre cœur, fait de nous des aidants naturels dédiés corps et âme au bonheur et au bien-être de la personne aimée, et ce, parfois même au détriment de notre propre santé.

Alors, à bien y penser: oui, la pandémie et le confinement sont difficiles pour moi. Les ami(e)s, les rencontres, les bons souper, les bisous, les câlins, et la chaleur humaine me manquent énormément. Difficile de se ressourcer quand tout est fermé, que les visites ainsi que les contacts extérieurs constituent un risque pour nos êtres chers, car la COVID serait fatale pour eux. Même si parfois, on ne le laisse pas voir, oui, la pandémie est dérangeante pour les aidants. Il faut garder le moral en dépit des conditions actuelles. Cela n’est que passager. Après la pluie, le beau temps comme on dit!  Il est donc impératif pour les personnes qui liront ce texte, famille et amis, de respecter les consignes pour protéger les personnes vulnérables qui nous tiennent à cœur.

Gros câlin à vous tous, »

Jocelyn Théorêt
Proche aidant de Chantal Lanthier, atteinte de la SLA depuis 2013

Pour faire votre don dès maintenant, visitez notre site Web: https://www.jedonneenligne.org/slaquebec/

Grâce à votre aide, la Société de la SLA du Québec peut offrir du soutien et de l’espoir aux familles touchées par la SLA.

 

À propos de la Société de la SLA du Québec

Que ce soit une écoute attentive, des ressources en ligne, des groupes d’entraide et conférences virtuelles, un coup de pouce financier pour les familles les plus vulnérables, La Société de la SLA du Québec offre des services diversifiées et personnalisées pour soutenir tous les de familles touchées par la SLA à travers la province à conserver la meilleure qualité de vie possible et ce, malgré les bouleversements que peut engendrer un tel diagnostic dans leur quotidien.

Fanny Demers