Chantale Grenon-Nyenhuis: « Parce qu’on peut voir concrètement l’impact de ce qu’on fait »

Difficile de croire qu’une mère de quatre enfants aurait le temps, entre son travail, les lunchs et les pratiques de hockey, de trouver une plage horaire disponible à son agenda pour y écrire, en gras, le mot « bénévolat ». Chantale Grenon-Nyenhuis a, quant à elle, volontairement saisi le crayon le plus visible possible pour y inscrire ce mot, si plein de sens, dans le sien.

Suite au diagnostic de Dean Stock, entraîneur de hockey de ses deux plus jeunes garçons, Chantale Grenon-Nyenhuis a décidé de s’impliquer auprès de la Société. D’abord, elle a enfilé son casque de vélo et participé au défi Roulez pour vaincre la SLA à l’été 2015. « Lors de cet événement, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui s’impliquent pour la cause depuis longtemps, après avoir perdu des êtres qui leur étaient chers à la suite de la maladie ». Ces rencontres suffisent à ce que Chantale offre bénévolement à la Société ses services de traduction et de révision de textes ainsi qu’une aide très appréciée lors de la Marche pour la SLA de Montréal.

« Le bénévolat me permet de garder une certaine perspective par rapport aux petits inconvénients que la vie apporte. Il me donne l’impression de faire quelque chose d’utile et d’apprécié ».

C’est avant tout parce qu’elle croit que les services offerts par la Société sont essentiels que la mère de quatre enfants s’implique autant. « […] Sa mission de sensibilisation est l’un des éléments-clés permettant d’amasser des fonds pour la recherche et le financement des services de soutien aux familles. Si je peux contribuer à disséminer le message de la Société, je suis heureuse de le faire ». Si, d’une part, l’engagement de Chantale a mis sur son chemin des individus d’exception, il lui a tout autant ouvert les yeux sur ce qui compte réellement. « Le bénévolat me permet de garder une certaine perspective par rapport aux petits inconvénients que la vie apporte. Il me donne l’impression de faire quelque chose d’utile et d’apprécié ».

L’opportunité de voir l’impact réel de ce qu’elle fait pousse la mère de famille à consacrer plusieurs heures de son temps à la Société. D’ailleurs, l’influence de son implication ouvre déjà la voie, à son grand bonheur, à ses enfants. «Je suis contente de voir que mes garçons commencent à s’impliquer eux aussi – je pense que c’est important pour eux de voir qu’on peut faire une différence dans la vie de certaines personnes en donnant un peu de temps, d’énergie et d’attention! ».


Comme Chantale, vous aussi pouvez enfiler votre casque de vélo et participer au
Roulez pour vaincre la SLA!